Ecrivains pour la Paix
Aujourd'hui nous sommes le : | Version actuelle du squelette V3.0.2 |
Accueil du site » Le Livre d’Or pour la Paix est annoncé !
Le Livre d’Or pour la Paix est annoncé !
Date de publication : mercredi23 avril 2008

Le Livre d’Or pour la Paix est sur le point d’être achevé. Intiative de Gervais de Collins Noumsi Bouopda, ce livre contient des textes d’une cinquantaine d’auteurs en provenance de 17 pays.

La préface de ce livre est écrite par le poète Athanase Vantchev de Thracy et la postface par le professeur Constantin Frosin de l’Académie Européenne.

Lorsque la date de parution de ce livre sera connue, nous vous le ferons savoir.

La rédaction


1 message

  • Présentation de Gabriel Haïpam

    3 mai 2008 13:00, par GABRIEL HAIPAM
    "Avec Gabriel Haïpam, le lecteur est porté par le vent marmonnant qui balaie les immensités sahéliennes. Une terre pauvre où nous apprenons la richesse des vases en terre, la quiétude des cases rondes dans le conciliabule serein des messages anciens. Entre la majesté touareg et les pirogues lestes, le désert et le fleuve se marient dans un rêve. Dans les pas du poète, dans sa solitude guerrière, combattant pour la paix, inlassablement, la famine saisonnière côtoie la masse gonflée des hippopotames. Il y a ce doux parfum qui balaie la terre déchirée de l’Afrique. Cette communion tranquille avec la nature, avec la tourterelle qui picore les grains de mil. Cette mère nature blessée par une industrialisation naissante et anachronique qui " décongestionne le planteur En lui offrant la valeur dévalorisée du labeur ". Mais Gabriel Haïpam, c’est le contraire de la nostalgie et de l’apitoiement. Il taquine un peu " ces criquets pèlerins qui lui tendent la perche et lui tendent la main ". Et dans l’immensité il y a toujours cette solitude déchirante du poète, de l’oiseau blessé, d’un oiseau calciné qui survit peu à peu sous le feu de l’amour. Car l’amour n’est pas là. Il en appelle à Dieu et la mort est bien là, parmi les crocodiles et parmi les étoiles qui tentent de freiner la course du soleil. Fugaces, elles voyagent au pays du désir, dans des développements destructurés, dans un pays à l’économie loqueteuse, sous un protectorat aux architectures incertaines. Des corps usés et désarticulés, des inepties sociales et sociétales s’étalement à la face du monde et aux yeux du poète naturaliste. Il y a de la noblesse de Dali ou de Cervantès, chez ce prince africain qui tente par son humanité de purifier le monde." Pierre Dard

    Voir en ligne : présentation de gabriel haïpam

    repondre Répondre à ce commentaire

Recherche

Derniers sites

  • Caverne des 1001 nuits
    Ce site héberge des écrits de toute sorte, philosophiques, psychologiques, poétiques et spirituels. Une caverne à (...)
  • Le site de Joseph Ouaknine
    écrivain, nouvelliste, poète, peintre, webmaster, scénariste, éditeur, membre adhérent de la SGDL, scénariste chez TNT, (...)
  • Le site de Diane Descôteaux
    N’hésitez pas à visiter le site de la poète canadienne pour en savoir plus...