Ecrivains pour la Paix
Aujourd'hui nous sommes le : | Version actuelle du squelette V3.0.2 |
Accueil du site » UN AUTEUR POUR LA PAIX ET DANS LA PAIX » UN AUTEUR POUR LA PAIX ET DANS LA PAIX » A lire : Les guérisons imaginaires de Niculina (...)
A lire : Les guérisons imaginaires de Niculina Oprea Enregistrer au format PDF
Les guérisons imaginaires de Niculina Oprea
Date de publication : vendredi10 juillet 2009, par Gervais de Collins Noumsi Bouopda

« Les guérisons imaginaires de Niculina Oprea », Edition Brumar, Roumanie.

Magnifique recueil de poèmes de 82 pages, les guérisons imaginaires de Niculina Oprea est l’un des livres les plus sublimes et les plus rythmiques qui m’est été donné de lire. Divisé en 65 poèmes de deux pages au plus chacun, ce livre commence par une « danse » entre le sommeil et l’inaccomplissement autour d’un cercle de feu et se termine par un « point mort ».

Dans son poème introductif, l’auteur réclame et prône la libération de tous les êtres naïfs et inconscients. Ceux que l’on menace et que l’on dupe du fait de leur ignorance. C’est alors, qu’autour d’un « vol et des couronnes », elle proclame la toute puissance de Dieu et le caractère étrange du silence, qui « couvre le murmure de la nuit ». La nuit comme obscurité et dédain. Aussi, c’est non seulement en personne humble mais également rebelle que l’auteur montre son côté violent. Elle semble en tout cas auréolé d’une couronne qui pourrait être ici semblable aux couronnes en épines. La couronne en « épines » du Christ ?

En tout cas, à la suite du livre, elle nous montre qu’elle peut également être patiente, pour captiver. Elle prône d’ailleurs l’esprit du discernement pour distinguer les bonnes mains des mauvaises. Et avec ces mains, elle veut bâtir la formule d’un « triangle d’or », en ouvrant la fenêtre. Coucher dans le vide, en attendant de savoir ce que l’avenir lui réserve, elle ouvre la porte pour observer le jour. Et sur ce triangle, il semble y avoir un cerveau, un cœur, un œil et plein d’autres organes qui pourrait faire fonctionner un esprit sans corps mais plein de vie. Mais le triangle d’or parait en sang. Le sang de qui ? C’est alors que comme un oiseau, l’auteur prône l’unité et l’unification pour rétablir le désordre, la désolation et le chaos. C’est d’ailleurs pourquoi dans « un coin de paradis », elle s’abreuve de l’amour qu’elle sait si bien donner tout en faisant « dodo ». Et en somnolant, il est possible de faire des rêves. Et ces rêves conduisent l’auteur auprès des pyramides. L’une des pyramide parait avoir un œil, qu’elle pourrait refermé pour ne pas sentir la chaleur de la peau, du corps « s’élever vers d’autres méconnaissance ». C’est alors que les anges ratés, la jupe du fleuriste, la cible, le partage et l’amour vient s’y mêler pour défier et immoler le temps. Et plusieurs maux y restent : l’obsession, la souffrance, le silence qu’il faut absolument briser Dans les guérisons imaginaires, Neli nous donne là, le secret de l’endurance journalière et de l’immortalité. Ce secret serait caché dans l’insouciance, l’espoir et la croyance. En ce sens, la musique et la poésie peuvent apparaître comme des instruments particuliers pour atteindre ces cimes. LA GUERISON ! Oui ! Jouer de la musique et écrire de la poésie jusqu’en être proche de la mort. De la mort physique mais armé spirituellement : Tels sont les délires de cette princesse Oprea assise sur une sorte de « sanctuaire ». Dans une autre vision, elle surpasse les insomnies et commencent sa route vers des « eaux limpides ». C’est alors que, dans les poèmes d’amour, elle chante sa joie et sa foi qui semble grandir encore beaucoup plus. Ainsi, elle surmonte des impasses obscures, la vie mais également mort. Cependant, tout en attendant la rédemption, la pensée de l’auteur, en « armures provisoires » est peut être son propre bourreau. Habillée en gladiateur, elle nous montre que l’un des points focaux de la résistance de l’homme réside dans le spirituel : la foi et la prière. C’est ainsi et c’est seulement ainsi que les guérisons peuvent suivent.

Cette auteur dans la Paix prouve une fois de plus à travers ce livre que l’amour et l’humilité sont deux grandes valeurs. Elle chante et danse au village du bonheur dans l’espérance d’une harmonie entière.


Recherche

Derniers sites

  • Le site de Diane Descôteaux
    N’hésitez pas à visiter le site de la poète canadienne pour en savoir plus...
  • Le blog de Gervais de Collins Noumsi Bouopda
    Les derniers billets du blog de Gervais de Collins Noumsi Bouopda.
  • Le site de Contantin Frosin
    René Bonnet de MURLIVE dit de lui : « Au Professeur d’Université Constantin FROSIN, Universitaire Eminent, Premier (...)